Pique-nique des marcheurs : naissance d'une tradition ?

 

 

 Le vendredi 25 août 2017,  après une courte ran­donnée du côté de la Croix du sud, les marcheurs ont mis les pieds sous la table, la table sous le chêne augmentée de quelques tables du Sporting-club.

 

L'idée, c'est Daniel Liebra qui l'a eue, curieux peut-être de mieux connaître ce groupe qui semaine après semaine, qu'il pleuve ou qu'il vente, indifférent au froid et à la canicule, infatigablement parcourt les chemins et les routes du Brionnais, du pays de Charlieu, du Roannais, des alentours de Chauffailles ou de La Clayette.

 

 

 

Car il est attachant, ce groupe de marcheurs, attachant et solide : c'est en septembre 1997 que Jean Tachon, bon connaisseur de la flore et de la faune sauvages, savant collectionneur de coléoptères, a proposé une sortie par mois. Rapidement cette sortie est devenue hebdomadaire, et depuis vingt ans le rendez-vous perdure, grâce en particulier à Guy et Janine qui sont devenus l'âme de la tribu.

 

 

Et elle est intégratrice, cette tribu, fédératrice : les nouveaux, d'où qu'ils viennent, y sont bien accueillis et aussitôt adoptés. Les uns partent, mais leur souvenir reste, d'autres arrivent, le groupe demeure. Et la bonne humeur y est communicative. C'est pourquoi la proposition de Daniel a été reçue avec enthousiasme et, aussitôt dit, aussitôt fait, le pique-nique a été promptement et méthodiquement organisé par Geneviève. À midi et demi, les marcheurs de Fleury, leurs compagnes ou compagnons, et ceux qui ont marché mais marchent moins, avaient rendez-vous au bourg, à l'ombre bienvenue du chêne. Les plats, préparés par tous, étaient colorés, savoureux, abondants et les boissons grisantes. Paul avait apporté sa guitare, il a chanté. Il faisait bon. Comme il est difficile de se quitter quand on est bien, certains ont prolongé les réjouissances par une partie de pétanque.

 

 

Rendez-vous est pris pour l'année prochaine. Peut-être une tradition est-elle en train de naître ?

 

 

 

Pique-nique des marcheurs,

 

le vendredi avant le vide-grenier, après la marche, sous le grand chêne.